La rédaction du Patriote

L’austérité façon 06

In Cette semaine dans Le Patriote, n°2300, Politique on 4 novembre 2011 at 11:29

Réunion du Conseil général autour des orientations budgétaires du département pour 2012. Etait également voté le nouveau plan contre les inondations dans la plaine du Var.

Sans surprise, la priorité affichée du président du Conseil général pour l’an prochain, est la diminution de la dette. « Le département des Alpes-Maritimes prend aussi, à son échelle, ses responsabilités quant aux finances publiques. » Eric Ciotti revenait ainsi dans son introduction sur les économies déjà réalisées depuis 2008, qui sont, dit-il, de l’ordre de 113 millions d’euros. Haro dés lors, sur les dépenses de fonctionnement. « Nous faisons pression sur le fonctionnement, et nous continuerons. Depuis trois ans, ce poste budgétaire a été maintenu au même niveau : 960 millions d’euros. »

L’investissement est également en baisse comparé à ce qu’il fut ; le ratio passe à 280 euros par habitants, quand il était supérieur à 400 il y a quelques années en arrière, à la belle époque des droits de mutation florissants. Ceux-ci d’ailleurs repartent à la hausse amenant des recettes supplémentaires à hauteur de 20%. « Mais le fonds de péréquation récemment mis en place, nuançait le président, qui est une contribution des départements les plus riches à renflouer les caisses des plus mal lotis, nous demande une participation de 21 millions d’euros. »

Enfin, développait-il, l’objectif premier de cette année prochaine, est la baisse du recours à l’emprunt : c’est même, pour la première fois, d’emprunter moins que ce qua la collectivité rembourse.

Tous responsables ? « Vos orientations budgétaires, c’est l’austérité à la mode 06 ! » démarre Jacques Victor (photo) pour le groupe Communiste. Alors que, quelques instants avant, Eric Ciotti rappelait que le nombre d’agents avait fortement diminué (de 5 100 en 2008 à 4 777 en 2010, et 4 500 en 2012), l’élu du troisième canton de Nice estimait que « pour justifier ces mesures, l’accompagnement idéologique de culpabilisation de toutes les catégories de population, des collectivités territoriales, des grandes institutions, se résume derrière votre credo : la « réduction des déficits publics », comme si tous en étaient responsables au même titre. » Estimant aussi qu’il n’y a « rien à craindre d’une politique d’endettement dés lors qu’elle porte sur des investissements indispensables pour les années à venir, créateurs d’activité économique, d’emplois et de recettes par ailleurs », le locuteur du groupe Communiste détaillait longuement les raisons pour lesquelles il – le groupe – voterait contre.

« Mourir pour le triple A, grâce à la maîtrise des dépenses de fonctionnement, quelle belle ambition ! » s’exprimait l’éloquent Marc Concas pour le groupe Socialiste. Il relevait notamment que les crédits pour la forêt, pour les pôles d’excellence rurale, pour la résorption des points noirs routiers ou encore pour le « plan jeunes » ou l’aide à l’hébergement des personnes âgées n’ont pas beaucoup d’avenir dans le département.

Tous perdants ? Non, ce budget n’a pas eu les faveurs de l’opposition qui reconnaissait pourtant qu’il y avait un gagnant. « Celle qui n’aura qu’à se féliciter de cette situation, admettait Jacques Victor, c’est la Métropole imposée à marche forcée. On ignore à cet instant ce que sera l’exacte ampleur de notre contribution pour votre allégeance, mais on peut légitimement penser que le département va devenir le principal pourvoyeur de fonds de la Métropole afin de satisfaire à tous les caprices d’aménagement, tels que le Grand Stade et autres Coulée Verte, dont les très grosses entreprises vont pouvoir se repaître tandis que nos communes et nos populations seront sommées de passer à la caisse, alors même que la satisfaction de leurs besoins les plus essentiels continuera d’être ignorée. » Marc Concas demandait une session extraordinaire de l’assemblée avant la fin de l’année, pour qu’il puisse y avoir débat sur la question du schéma intercommunal proposé par le Préfet, et Marie-Louise Gourdon, élue de Mouans-Sartoux, rappelait que les élus de l’ouest du département (du SCOT de l’ouest) avaient très majoritairement voté contre ce schéma. « Vous ne nous écoutez pas, mais on saura se faire entendre », concluait-elle.

Tous payants. Vient aussi le rapport sur le Programme d’actions de prévention des inondations n°II du fleuve Var, le sympathiquement nommé Papi. Un montant global de 65 millions d’euros. « Nous avons déjà lourdement contribué au Papi n°I de ce fleuve dans le but affiché de protéger les populations mais au final plus pour préparer le terrain à l’Opération d’Intérêt National », lançait Marc Concas. « On ne voit pas beaucoup d’intervention de la part de Nice Côte d’Azur », ajoutait le grassois Jean-Raymond Vinciguerra. Une preuve déjà que Jacques Victor disait probablement vrai : le Conseil général deviendra-t-il le principal pourvoyeur de fonds de la Métropole ?

D’autres points étaient à l’ordre du jour tels que le schéma gérontologique (voir Patriote n°2299) départemental, rejeté par l’opposition.

R.F.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :