La rédaction du Patriote

Cantonales : vers une annulation à Nice et Levens

In Cette semaine dans Le Patriote, n°2293, Politique on 16 septembre 2011 at 11:09

Ce mardi matin au Tribunal administratif de Nice, quatre requêtes pour l’annulation des élections cantonales des 20 et 27 mars derniers étaient examinées.

 

Il s’agissait de requêtes concernant les cantons de Levens, Villefranche s/ mer, Grasse nord, St-Laurent du Var-Cagnes est, Nice 7 et Nice 8.

En ce qui concerne les cantons de Levens et Nice 7, il y a toutes les chances que le scrutin soit effectivement annulé. A Grasse par contre, l’UMP Jérôme Viaud devrait conserver son siège de Conseiller général.

Dans les autres cantons, c’est la droite qui se dispute la suprématie (il s’agit du FN à St-Laurent du Var, du Modem à Nice 8, et de l’UMP à Villefranche).

A Levens, la candidate Front de Gauche Montserrat Collet pointait des irrégularités et le faible écart de 3 voix la séparant du candidat FN. Argument retenu par le représentant de l’Etat qui estime que cela est de nature à semer un doute sur la sincérité du scrutin.

A Nice 7, la socialiste Dominique Boy-Mottard, que seules 16 voix séparaient du candidat victorieux au deuxième tour Bernard Baudin, invoquait des émargements suspects, raturage et autres procurations litigieuses. Griefs recevables pour le rapporteur public. « D’autant, arguait-il, que Bernard Baudin développe une argumentation infondée et inopérante. Il fournit bien 14 attestations mais 17 restent litigieuses sur un écart de seulement 16 voix. Cela nous conduit à soutenir l’annulation des élections. » Pour le candidat UMP, maître Marie-Nina Valli soutenait ceci dit que la jurisprudence voudrait que les voix soient enlevés au candidat arrivé en première position lors de ce premier tour, et qu’il ne s’agit pas de Bernard Baudin, même si celui-ci est arrivé premier au second. Mais ces observations n’étaient qu’orales et ont peu de chances d’aboutir.

Enfin, à Grasse-nord, Paul Euzière se présentait en mars en tant que candidat indépendant. Or, le maire de la ville, soutenant son adversaire UMP Jérôme Viaud, n’a eu de cesse de lui coller l’étiquette du PCF. Dans la presse tout d’abord, mais « aucune disposition ne limite les droits de la presse à prendre position », disait le rapporteur public, et sur ses affiches également où des autocollants du Parti avaient été collés. « Il n’y a pas de manœuvres de nature à altérer le résultat du scrutin. L’écart des voix est important, et la mention PCF n’est pas de caractère injurieux ou diffamatoire », concluait le représentant de l’Etat, appelant au rejet de la requête.

Tous ces dossiers ont été mis en délibéré. Au plus tard dans quinze jours, l’on devrait connaître les jugements rendus par le TA.

R.F.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :